En Ar
Biotechnologie Microbienne et d’Ingénierie des Enzymes >> Présentation
Nom du laboratoire : Laboratoire de Biotechnologie Microbienne et d’Ingénierie des Enzymes
Acronyme: LBMIE
Code:  LR15CBS06
Responsable du Laboratoire  : Prof. Samir BEJAR

Le LBMIE a été crée dans le cadre du contrat programme du CBS 2015-2018. Le programme vise à mettre à la disposition du secteur économique des micoorganismes et des enzymes microbiennes d’intérêts industriels. Les enzymes peuvent être criblées par les méthodes classiques ou alternativement par la métagénomique fonctionnelle. Cette technique permet d’accéder à l’information génétique des microorganismes, cultivables ou non, et ce par l’exploitation des banques métagénomiques. Le microbiote intestinal du dromadaire constitut notre premier terrain exploré, mais d’autres biotopes pourront être abordés ultérieurement.
Le crible d’enzymes est suivit par une étude approfondie de leurs propriétés et des relations structures-fonctions qui permettent de comprendre les déterminants structuraux et d’identifier des acides aminés importants. Ceci aidera à l’amélioration de certaines de ces enzymes par ingénierie des protéines et de mieux les adapter aux conditions d’applications industrielles. Optimiser les conditions de production, de séparation et de purification de ces protéines ainsi quela formulation de certaines de ces enzymes afin de les tester dans des applications industrielles font partie de nos objectifs. Les enzymes visées par ce programme sont celles, destinées pour la détergence et la tannerie (protéases, kératinases, amylases, peroxydases); exploitées en agroalimentaire en tant qu’additifs en panification (amylases, xylananses); utilisées pour la production d’édulcorants comme le D-fructose, le D-tagatose et la palatinose ainsi que celles destinées à l’alimentation animale (b-glucanases, xylanases). Par ailleurs, nous envisageons de participer à l’effort national pour combattre le feu bactérien qui est l’une des plus dangereuses maladies du poirier causée par la bactérie phytopthogène, Erwinia amylovora. Nous projetons de développer des endophytes capable de bloquer Erwinia amylovora et de cribler des bactériophages de cette bactérie pour une lutte biologique. Nous tenterons aussi d’exprimer des enzymes pour attaquer le levane, et dérivés, produit par Erwinia qui lui confèrent une résistance vis-à-vis des antibiotiques et autres traitements.